Mairie de Riom-ès-Montagnes
Place Charles de Gaulle
15400 Riom-ès-Montagnes
Tél. 04 71 78 04 82
Fax. 04 71 78 00 87
Localiser sur la carte
Jean Ortoli présentait la Grèce antique
24/04/2013

La dernière conférence du programme présentée par Jean-Ortoli en deux parties sur le thème de la Grèce antique. Explication et description d'un passionné.

Parler de la Grèce antique n’est pas chose aisée, tant sa culture et son histoire sont vastes, a rappelé Jean Ortoli venu à la bibliothèque municipale donner deux conférences. Partir d’un simple constat de vocabulaire pour mettre en évidence l’influence du grec ancien sur notre langue française. Comprendre pourquoi une telle influence et enfin le contenu de cette pensée universelle de la Grèce antique, cette sagesse grecque étaient les lignes directrices de cette conférence.

Jean Ortoli a, par le biais de multiples exemples, démontré l’incroyable diversité de cette langue et sa présence dans la langue française. Leurs besoins de tout exprimer, nourris par leur soif de savoirs et de connaissances, les a forcé à nommer de nombreuses sciences, un vocabulaire encore utilisé aujourd’hui explique t-il : mathématique, géométrie, arithmétique, astronomie, médecine, architecture... sont des mots de racine grecque. Les grecs se sont intéressés à tout, explique-il, ils ont su maîtriser la matière, l’architecture, ordonner le verbe écrit et oral et la pensée (philosophie). La transmission de la connaissance occupait une place incontournable dans leur culture, elle est la clé de voûte de cette pensée grecque, explique le conférencier. L’intérêt, la curiosité intellectuelle, la structure de la langue (utilisation de préfixe et de suffixe : méga, nano ou -sophie...) ont contribué à cet apport quasi universel.

Cette pensée grecque se caractérise par un souci constant de rationalité, précise Jean Ortoli, classifier, ordonner, préciser, tout est à la juste mesure, équilibré. “Nous cultivons le beau dans la simplicité” disait Thucydide. C’est là la sagesse grecque où la juste mesure tient le rôle majeur, dans tous les domaines; y compris chez l’être humain : “Ne laisse pas grandir en toi la démesure” disait Hésiode, implique que l’on se connaisse soit-même, “connais-toi toi-même” célèbre maxime grecque inscrite sur le temple d’Apollon.
C’est sur la description et l’explication de cette sagesse grecque que se terminait la conférence, expliquant au public l’impact majeur qu’avait eu cette civilisation sur notre vie, en quoi nous leur devons beaucoup, en pensée et en connaissance.

Mais si les grecs considéraient la démesure (l’ubris) comme le mal suprême, ils savaient également faire preuve d’objectivité et ne pas se faire d’illusion à leur égard. C’est ainsi que Thucydide disait en parlant de la guerre du Péloponèse : “rien ne subsiste des valeurs traditionnelles; l’enjeu de la lutte est si grand que les actions les plus viles semblent normales et que les grecs révèlent enfin ce qu’ils sont au fond d’eux-même : des êtres d’ambition, de démesure et de passion. Dans ce désordre, l’esprit humain comprend que finalement son ennemi c’est la passion.” “Un portrait sans concession qui ne manque pas de grandeur, exprime Jean Ortoli, et message universel.”

Une conférence qui clôturait la saison en présence de 3 membres de l’université Inter-Age de Haute Auvergne, qui “planchent” d’ores et déjà sur la programmation de la rentrée en partenariat avec l’office culturel du Pays Gentiane.