Mairie de Riom-ès-Montagnes
Place Charles de Gaulle
15400 Riom-ès-Montagnes
Tél. 04 71 78 04 82
Fax. 04 71 78 00 87
Localiser sur la carte
100 voix pour l’Europe et un spectacle magnifique
24/04/2013

Le spectacle présenté par les 50 jeunes europééens participant au projets 100 voix pour l'Europe à su toucher le public

Après 3 semaines passées ensemble les 50 jeunes venus de Turquie, de Suède, de Pologne, d’Allemagne, de Bulgarie, de Hongrie, d’Angleterre et de France du projet 100 voix pour l’Europe ont offert au public riomois un spectacle déambulatoire d’une très grande qualité, empli de souvenirs et d’émotions.

Au projet Mare Nostrum, organisé par l’association Euroculture, succède 100 voix pour l’Europe. 50 jeunes européens qui après un séjour à Chalinargues se sont installés à Riom-ès-Montagnes et ont poursuivi leur travail autour du thème de la mémoire en différents ateliers : danse, chant, musique et théâtre afin d’élaborer un spectacle déambulatoire.

De l’installation des lieux, en passant par le montage de la scène, les répétitions et la conception du spectacle tout, dans les moindres détails, avait été pensé pour que le spectacle de vendredi soir soit une réussite. Valoriser et repenser 3 lieux afin que le public, le temps d’une soirée, en ait une vision différente. C’est ainsi que l’aboutissement de ces 3 semaines de travail débutait à l’église Saint-Georges. Là un choeur composée d’une trentaine de voix, hommes et femmes, d’un pianiste, d’une flûtiste et d’un accordéoniste ont offert au public une représentation d’une extrême beauté.

Le choeur de femmes a débuté le concert avec “La messe des pêcheurs de Villerville” musique de Gabriel Fauré, suivie de “Skogen sover de Hugo Alfven”, une mélodie pour soprano et piano (Suède), d’un chant religieux polonais, d’un chant bulgare, anglais, hongrois, tel que l’Ave Maria pour choeur de Frantz Listz, allemand avec l’Ave Maria cantate pour l’empereur Joseph II de Ludwig Van Beethoven ou encore d’un chant religieux français auquel s’est joint le choeur masculin. C’est par un final très puissant que le choeur au grand complet a terminé son concert en interprétant un chant hongrois. Un concert durant lequel musiciens et solistes se sont succédés, laissant tour à tour la place à de nouveaux talents.

Choristes et public ont emboîté le pas derrière l’accordéon de Raphaël Callandreau qui les a menés en musique et en chanson au pied du second tableau intitulé “enfer, purgatoire et paradis”, un spectacle de musique et de danse sur la place du Monument. Une chorégraphie passant progressivement de l’ombre à la lumière tantôt, triste puis joyeuse, éclairée à la lueur des projecteurs et des dizaines de bougies installées tout autour. Un autel était dressé au pied du monument devant lequel ont évolué les danseurs, pour amener au final chaque spectateur à déposer une bougie devant l’autel. Un spectacle qui rendait hommage à tous les ancêtres et soldats.

Et c’est encore au son de l’accordéon sur les paroles de Boris Vian “le déserteur” puis des Têtes raides “le choeur a sa mémoire” qu’artistes et spectateurs ont rejoint le troisième et dernier tableau à la Halle. Un spectacle mêlant chant, danse, musique et théâtre qui racontait l’histoire de ces jeunes mais bien plus encore. Partant du thème de la mémoire, chacun raconte un souvenir personnel en l’accompagnant d’une gestuelle explicative. Les cinq jeunes filles prennent la parole en anglais, turc et polonais, d’abord à voix haute puis par un faible murmure. A la fin, l’ensemble des langues s’unit, sous le son aigu du violon et du tintement d’un verre. Une jeune anglaise se détache alors du groupe et raconte son histoire, suivie par ses compagnes dans une même gestuelle. La musique reprend alors crescendo, jusqu’à l’introduction d’un chant vibrant et mélancolique : une création mêlant plusieurs langues, l’histoire d’un homme qui revient de la guerre et revoit pour la première fois le soleil briller et ses enfants... Suit alors une saynète : un anniversaire, une réunion de famille, une histoire d’amour, celle de cette femme qui attend un enfant, dans toutes les langues l’histoire se ressemble, c’est celle de leur naissance, de ce jeune français, de cette hongroise, de ces 50 jeunes, du public, de tous...

C’est un spectacle bouleversant unissant l’histoire, l’énergie et le talent de chacun d’entre eux qu’ont offert 100 voix pour l’Europe.